Le métro de Bucarest – 5 choses intéressantes que tu ne savais pas

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
metro de Bucarest , metrou, métro, metropolitana di Bucarest
Pixabay.com

Traduit par Mihaela Dinu

Le métro de Bucarest a été inauguré le 16 novembre 1979 et appartient entièrement à l’État roumain par l’intermédiaire du ministère des transports. À la fin de 2020, le réseau de transport souterrain couvrait 76,12 km de double voie, avec 5 lignes principales et 62 stations. La distance moyenne entre deux stations est de 1,5 km.

Les premiers projets

En 1908, Dimitrie Leonida, alors étudiant, choisit la construction d’un métro à Bucarest comme sujet de sa thèse de diplôme. Cette proposition est reprise en 1929-1930, mais n’aboutit pas, car les transports publics de surface sont encore capables de répondre aux besoins des voyageurs « à la limite ». L’année 1940 a été un moment de modernisation pour la capitale roumaine. Ainsi, la construction du métro de Bucarest était à nouveau en discussion. Trois lignes étaient prévues, mais le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale a rendu impossible la mise en pratique de la théorie.

Suite à une décision du Conseil des ministres, l’Institut de conception et la Direction générale du métro de Bucarest ont été créés en 1952. Des études ont été réalisées sous l’influence de l’école soviétique et il a été recommandé que le métro ait également une fonction de défense, en tant qu’abri en cas de bombardement.

Ainsi, il a été considéré que le métro devait être situé à une profondeur comprise entre 20 et 40 m, mais cela était beaucoup trop coûteux pour une économie chancelante. En conséquence, le métro de Bucarest est resté un simple rêve jusqu’en 1970. En 1970, de nouveaux quartiers de la ville se développent, car le système de transport ne peut plus faire face. La seule façon de résoudre ce problème était de construire un réseau de transport souterrain.

 

Vezi această postare pe Instagram

 

O postare distribuită de ZSyBeR_mOOn (@zsyber_moon)

Les débuts de la construction

Après des décennies de plans qui ne se sont jamais concrétisés, 1975 est l’année où la construction a réellement commencé. Au départ, le projet prévoyait la construction de 3 lignes principales, différentes de celles que nous connaissons aujourd’hui. Sorin Călinescu, chef du département de conseil de Metroul S.A., affirme que le métro de Vienne a impressionné Nicolae Ceaușescu à tel point qu’il a voulu un tel réseau de transport dans la capitale roumaine.

Il semble qu’un autre souhait du dirigeant pour la construction du métro était d’utiliser exclusivement des matériaux locaux. Tous les trains ont été fabriqués dans le pays, contrairement à ceux utilisés dans d’autres pays du bloc de l’Est. Le 16 novembre 1979, la première ligne est mise en service et l’inauguration officielle a lieu le 19 décembre 1979. La ligne comptait 6 stations et avait une longueur de 8,63 km.

Les segments suivants ont été ouverts :

  • 28 décembre 1981 : M1 Timpuri Noi – Republica ; 10,1 km, 6 arrêts
  • 19 août 1983 : ligne M1 (aujourd’hui M3) Eroilor – Industriilor ; 8,63 km, 4 arrêts (Gorjului a été ajouté plus tard)
  • 22 décembre 1984 : M1 Semănătoarea – Crângași ; 0,97 km, 1 arrêt
  • 24 janvier 1986 : M2 Piața Unirii 2 – Dépôt I.M.G.B. ; 9,96 km, 6 arrêts (Tineretului et Constantin Brâncoveanu ajoutés plus tard)
  • 6 avril 1986 : M2 Tineretului ; 0,0 km, 1 arrêt
  • 24 octobre 1987 : M2 Piața Unirii 2 – Pipera ; 8,72 km, 5 arrêts (Piața Romană ajouté plus tard)
  • 24 décembre 1987 : M1 Crângași – Gara de Nord 1 ; 2,83 km, 1 arrêt (Basarab ajouté plus tard)
  • 28 novembre 1988 : M2 Piața Romană ; 0.0 km, 1 arrêt
  • 5 décembre 1988 : M2 Constantin Brâncoveanu ; 0,0 km, 1 station
  • 7 août 1989 : M3 (maintenant M1) Gara de Nord 1 – Dristor 2 ; 7,8 km, 6 arrêts.

Pourquoi le métro de Bucarest est-il peu profond par rapport aux autres réseaux européens ?

Les stations étant construites sur un aquifère, la méthode « creuser et couvrir » a été utilisée pour la plupart. Une autre méthode utilisée était le forage mécanique du sol, avec une profondeur moyenne de 15 mètres.

 

Que signifient les noms des stations ?

Je suis sûre qu’au cours de vos déplacements quotidiens, vous vous êtes au moins une fois demandé « Pourquoi cette gare s’appelle-t-elle comme ça ? » Les arrêts situés à l’extrémité des lignes ont été baptisés du nom d’usines de la région, tandis que les autres arrêts portent le nom de quartiers et de marchés de la région.

Dans l’ensemble, les noms des stations sont restés les mêmes depuis l’inauguration, à quelques exceptions, car les stations de métro doivent refléter la réalité actuelle de la ville. L’arrêt Semănătoarea s’appelle aujourd’hui Petrache Poenaru, d’après le nom de l’inventeur de l’étui de char, du stylo plume, car il y a un important campus universitaire dans la zone – le complexe Regie.

La station Pieptănari porte le nom de Eroii Revolutiei après la Révolution de 1989. En 2009, la station Armata Poporului est devenue Lujerului, d’après la rue et le passage du quartier, et Industriilor est devenue Preciziei, d’après le boulevard du même nom. La station Policolor devient Nicolae Teclu, du nom de l’inventeur de l’ampoule Teclu, et la ligne Centura devient Anghel Saligny, l’ingénieur qui a conçu le pont ferroviaire de Cernavodă.

I.M.G.B. est devenue Dimitrie Leonida, du nom de l’ingénieur roumain qui a eu l’idée du métro dans la capitale au début de la première décennie des années 1900. Le dépôt I.M.G.B. devient Berceni en raison de la ville voisine du même nom. Si vous n’avez jamais visité ce quartier de la capitale, vous ne savez probablement pas que c’est la seule station de métro en surface. 

Piata Romana – la station de métro construite en secret 

Si vous vous êtes déjà rendu à la station de métro Piata Romana, vous vous êtes probablement demandé pourquoi le quai est dangereusement étroit. Pourquoi est-elle si différente des autres stations de métro ?

Il semble qu’Elena Ceausescu ait jugé absolument nécessaire de rétrécir les stations de métro, qu’elle jugeait trop bondées, parce que tant les jeunes que la classe ouvrière « commençaient à grossir ». Selon elle, le rôle du métro était de transporter la classe ouvrière entre les usines et leurs maisons. Ainsi, la station de métro de Piata Romana aurait été un simple luxe de la vie urbaine (en raison de son emplacement central).

Le parti nous a ordonné d’exclure au moins une station du projet, ce qui était presque impossible car elles étaient si peu nombreuses et ruinaient techniquement nos plans. Nous avons décidé d’éliminer la station la plus importante uniquement sur le papier, puis nous avons été « forcés » de la remettre. Il s’agit de Piata Romana, dit Sorin Călinescu.

Derrière les murs épais, les galeries ont été construites pour être transformées en plateformes. Cela explique les arcs que nous voyons aujourd’hui. Pendant un an, le métro a fonctionné sans interruption entre Universitate et Piata Victoriei. Les citoyens de Bucarest ont ressenti le besoin d’une station de métro dans la région et, sous leur pression, le couple Ceausescu a compris l’importance de cette station.

Les murs sont brisés par des picamers, mais l’espace reste étroit en raison du danger de démolition massive, la zone ayant été fortement touchée par le tremblement de terre de mars 1977. Ainsi, lorsque vous passerez devant le métro dans la précipitation de la vie quotidienne, vous comprendrez pourquoi il a été construit de la sorte et ce que signifient les noms des stations. 

Si vous avez aimé cet article et que la capitale de notre pays est un sujet sur lequel vous souhaitez en savoir plus, nous vous invitons à consulter 4 parcs à Bucarest qui vous font oublier où vous êtes.

Lisez aussi la version en roumain.

Sources :

 540 total views,  3 views today

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.