Laïka : le premier chien envoyé dans l’espace en 1957

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Le chien, Laïka
Sputnik-2 or: Laika, Our Hero @ Popular Science

Traduction : Mihaela Stănilescu

Le 3 novembre 1957, l’Union soviétique mettait au point l’action la plus bizarre, étonnant l’humanité. Laïka devenait le premier chien de l’histoire qui devait être lancé dans l’espace.

L’univers est encore un espace inconnu pour l’humanité, et chaque pas vers sa découverte nourrit notre curiosité et nous offre un peu d’espérance.  On se demande souvent quels mystères cache cet immense cosmos, et chaque action mise en pratique par la NASA étonne l’humanité grâce à des découvertes inattendues. Pourtant on se demande, est-on seuls ou non dans cet immense Univers? Quels mystères se trouvent au-délà de la Terre Mère ?

Les chercheurs allaient découvrir les circonstances et les possibilités d’envoyer un être vivant dans l’espace. Par conséquent, le lancement du chien était fondamental pour la découverte des possibilités pour la mise en orbite d’un homme autour de la Terre. Jusqu’à cette année-là, on ne connaissait pas l’impact de l’envoi d’un être vivant dans l’espace .

Pourquoi Laïka et pas un autre chien ?

La chienne Laïka était l’un des animaux des rues de la capitale russe. Laïka a été choisie par les scientifiques parce que les animaux originaires de cet environnement pouvaient s’adapter plus facilement aux nouvelles conditions, supportant le froid extrême et le manque de  nourriture. Son nom a une signification captivante et se traduit par l’aboyeur. Contrairement à cela, la chienne était très calme et de petite taille.

La navire Spoutnik 2

Pour assurer un environnement favorable et pour garder Laïka en vie, le navire a été équipé d’un générateur d’oxygène et d’un ventilateur pour maintenir une température jusqu’à 15° Celsius. En plus, de la nourriture sous forme gélatineuse a été ajoutée. Laïka devait être tenue par un harnais pour diminuer ses mouvements, mais elle avait la possibilité de rester debout, couchée ou allongée. Le plus important équipement était l’électrocardiogramme, qui devait surveiller chaque battement du cœur de Laika, son rythme de la respiration et ses mouvements.

Le vol

Laïka a été introduite dans le navire spatial Spoutnik 2 trois jours avant le vol. La température de la Russie était extrêmement basse, et par conséquent un tuyau a été connecté à un radiateur pour maintenir une température moyenne dans le navire. Avant le lancement, les scientifiques ont imbibé sa fourrure dans une solution hydro-alcoolique et, pour surveiller les fonctions corporelles, les parties contenant des senseurs-récepteurs ont été tamponnées avec de l’iode.

La lancement a été un succès, mais la respiration de Laïka a augmenté jusqu’à 3-4 fois de plus que son rythme normal. En accélérant le navire, le rythme cardiaque augmentait et arrivait à 240 battements par minute. Au moment où le satellite est arrivé sur l’orbite, la partie frontale du navire s’est détachée conformément aux plans, mais quelque chose de terrible était sur le point de se produire. Dans le « Bloc A », où se trouvait Laïka, on a remarqué un dysfonctionnement du système de chauffage, la température s’élevant peu  à peu. 5-7 heures après le lancement, l’inévitable s’est produit. Laïka ne présentait plus de signes de vie.

La chienne n’était pas seulement devenue le premier animal placé en orbite  autour de la Terre, mais aussi le premier animal qui a trouvé sa fin en dehors de la Terre.

Cause du décès? Le surchauffement du navire et l’état ’d’agitation

Controverses

Les amoureux des animaux ont voulu marquer la douleur ressentie après la mort de la chienne par des manifestations. National Canine Defence League a tenu une minute de silence pour Laïka dans le cadre d’un proteste. Même cet événement a déclenché aussi une tempête des mécontentements et des débats sur les sujet des mauvais traitements infligés aux animaux à des buts scientifiques.

Oleg Gazenko, l’un des scientifiques russes, a exprimé son regret pour la mort de Laïka, en mettant en évidence :

Le travail avec les animaux est une source de souffrance pour chacun d’entre nous. On les traite comme des enfants qui ne peuvent pas parler. Plus le temps passe, plus   on le regrette. On n’aurait pas dû faire cela… Je n’ai pas appris suffisamment de cette mission pour justifier la mort du chien. 

 L’aventure de Laïka dans l’espace a représenté un voyage sans retour, mais elle a ouvert la route pour d’autres futurs voyages spatiaux. Pratiquement, Laïka a contribué aux étonnantes découvertes d’aujourd’hui. Elle a été celle qui nous a offert la chance de nous réjouir des images surprenantes de Mars et même de la Lune. Ainsi, la mort de la chienne symbolise la base des progrès scientifiques !

Vous pouvez lire cet article en roumain ici.

Vous pouvez lire aussi: Le 12 avril 1961 – la célébration du premier vol spatial habité

 Sources :

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.