La conquête de la Grande Canarie par le royaume de Castille – Un progrès majeur pour l’Espagne

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
la grande canarie, islas canarias, la conquista de Gran Canaria por el reino de Castilla.
Pixabay.com
Auteurs : Crina Cristea & Anda Găgeanu
Traduction : Carmen Deverdics

 

La Grande Canarie, connue sous le nom de continent miniature, est l’une des îles qui font partie de la Communauté autonome des îles Canaries, déclarée par l’UNESCO comme réserve de biosphère, dont la capitale est Las Palmas de la Grande Canarie. Cette île est l’une des destinations touristiques les plus importantes d’Espagne, enregistrant environ 3,3 millions de touristes chaque année. Elle est connue pour ses plages, ses discothèques et ses attractions touristiques, mais combien de personnes connaissent l’histoire de cette île et comment elle a été réellement conquise par les Espagnols ?

Avant leur conquête, les îles Canaries étaient habitées par des indigènes, connus sous le nom d’anciens habitants des îles Canaries, qui ont émigré d’Afrique au 5ème siècle avant JC. Ils chassaient pour confectionner des vêtements à partir de fourrures d’animaux et favorisaient la croissance des plantes en brûlant les mauvaises herbes. Avant la conquête de cette communauté, la forme de gouvernement reposait sur le statut de chef. Le rituel de la momification était pratiqué, des concours de chasse et des combats avaient lieu dans les  endroits  publics. C’était une communauté bien organisée, la hiérarchie sociale étant déterminée par la longueur des cheveux, les vêtements portés ou l’arme que chacun possédait. 

La conquête des îles Canaries par les Espagnols a été un processus assez long et difficile, qui s’est déroulé presque tout au long du XVe siècle. La Grande Canarie, la troisième plus grande île des îles Canaries, a été conquise en 1483, ce qui a constitué une étape importante dans l’expansion territoriale ultérieure de la couronne de Castille. Avant l’intention de conquérir l’île de la Grande Canarie, quatre îles de l’archipel avaient déjà été conquises : Lanzarote, Fuerteventura, El Hierro et La Gomera. Ces conquêtes ont été menées par la noblesse du XVe siècle, sans l’implication effective de la Couronne.

Dans la seconde moitié du XVe siècle, les Portugais commencent à s’intéresser à la conquête des îles Canaries, comme en témoigne leur volonté de dominer les routes atlantiques. Face à cette menace, les Rois Catholiques décident de prendre possession des trois autres îles encore invaincues : la Grande Canarie, La Palma et Tenerife. L’expansion de l’Espagne a été rendue possible par des expéditions et des conquêtes cohérentes. Les conséquences de cette expansion furent l’augmentation de l’activité commerciale et la consolidation du capitalisme primitif. Le 29 avril 1483, le royaume de Castille est conquis par l’île de la Grande Canarie.

Les premières négociations pour la conquête des îles de la Grande Canarie, La Palma et Tenerife

En 1477, les Rois Catholiques entamèrent des négociations avec Diego Gracía de Herrera et sa femme, qui contrôlaient alors les îles Canaries. La négociation impliquait que Herrera accorde aux monarques le droit de conquérir également les trois autres îles, et il reçut le titre de comte de Gomera pour ses descendants et une somme d’argent considérable.

Des trois îles, la Grande Canarie a été la première à être conquise. L’expédition a été organisée par les trois Juan : Juan Rejón, l’évêque Juan de Frías et le doyen Juan Bermúdez. La conquête de l’île de la Grande Canarie a duré cinq ans (1478-1483) et s’est déroulée en trois étapes :

1. Le début de la conquête de l’île de la Grande Canarie

Les premières troupes débarquèrent à La Isleta le 24 juin 1478 et installèrent leur camp, Real de las Palmas, près du précipice de Guiniguada, où se trouve aujourd’hui Las Palmas de la Grande Canarie. C’était le jour de la première confrontation entre les Castillans et les habitants de l’île, qui furent vaincus.

Les Guanches, comme on appelait les indigènes des îles Canaries, n’ont pas tardé à attaquer le camp, mais les conquérants sont sortis vainqueurs de cette première bataille, prenant le contrôle de la région nord-est de l’île. Cette victoire a aidé les Castillans à prendre le contrôle de la partie nord de l’île. L’expédition était dirigée par Juan Rejón.

2. Difficultés et tensions

La deuxième partie de la conquête de l’île de la Grande Canarie, entre 1478 et 1481, fut ralentie pour trois raisons :

  • les indigènes ont montré une forte résistance dans les montagnes de l’île;
  • les vainqueurs manquaient de force et de ressources ;
  • l’intrigue et la tension ont commencé à surgir entre les conquérants.

Les tensions sont montées entre Rejón et Bermúdez. En 1479, le gouverneur Pedro Fernandez de Algaba arriva sur l’île de La Isleta, qui, avec l’évêque Frías, déposa Rejón et le renvoya en Castille, conformément à l’ordre reçu des Rois Catholiques. Rejón n’a pas tardé à retourner sur l’île pour ordonner l’exécution de son ennemi, qui a été décapité. Tout cela a conduit les Rois Catholiques à nommer Pedro de Vera comme nouveau gouverneur.

3. La fin de la conquête de l’île de la Grande Canarie sous la direction de Pedro de Vera

Pedro de Vera s’avance dans la conquête de l’île, afin d’obtenir Guanarteme de Galdar. À Arucas, il y a une bataille entre ses forces et celles des indigènes, dans laquelle le chef de la résistance de l’oie, Doramas, perd la vie. Alonso de Lugo parvient à capturer le roi ou guanarteme (terme utilisé pour désigner les capitaines ou rois aborigènes de l’île de la Grande Canarie avant la conquête européenne au XVe siècle) des îles Galdar, Tenesor Semidan, et les habitants de l’île se sont sentis obligés de se rendre. L’un des aborigènes, Tenesor Samidán, a trahi son propre peuple et a aidé les conquérants à gagner la bataille d’Arucas.

Pedro de Vera envoie Semidán à la cour des Rois Catholiques, où il est baptisé Fernando Guanarteme. Il signe un pacte avec le roi Ferdinand le Catholique, après quoi il devient un allié de la Couronne de Castille, participant ainsi à la conquête de sa propre île. Il a également aidé Pedro de Vera à conquérir la colonie de Fataga, provoquant la reddition des insulaires. 

Un traité appelé la Charte de Calatayud a été signé entre Tenesor, le représentant du roi des îles Canaries, et Ferdinand le Catholique (roi d’Aragon). Le traité établit que les îles Canaries faisaient partie de la couronne de Castille. Cette situation a provoqué le suicide de nombreux indigènes comme Bentejuí, qui a mené la dernière résistance locale à la conquête des Castillans. Ainsi se termina toute la résistance armée organisée pour la conquête de l’île de la Grande Canarie.

La dernière étape de la conquête de l’île était de gagner le dernier refuge pour les oies, Ansite, dont l’emplacement exact est encore inconnu. Guayarmina Semidán, considérée comme la reine de l’île, se rendit le 29 avril 1483 ; ce jour est considéré comme la date à laquelle la conquête de la Grande Canarie a pris fin, bien que l’île n’ait été annexée à la couronne de Castille que le 20 janvier 1487. Après cette conquête, La Palma et enfin Tenerife ont suivi, complétant ainsi le long processus de conquête des Îles Canaries.

Lisez également la version de cet article en roumain – Cucerirea Insulei Gran Canaria de către regatul Castiliei (24 iunie 1478 – 29 aprilie 1483) – un important progres în expansiunea Spaniei

Lisez également :

Sources

 267 total views,  3 views today

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *