Eugen Lovinescu et son apport pour moderniser la Roumanie

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Eugen Lovinescu, Ziua imnului, romania, flag, europe-1460575.jpg
Pixabay.com

Traduction : Mihaela Stănilescu 

 La période de l’entre-deux-guerres a une problématique essentielle: la transition vers la modernité. Il y aura également des conflits entre les orientations traditionalistes et modernistes, manifestées au niveau de la politique et au niveau de la culture aussi. Une personnalité représentative de l’entre-deux-guerres est Eugen Lovinescu, avec l’une de ses œuvres, intitulée  «  « Histoire de la civilisation roumaine moderne », publiée entre 1924-1925.

Dans cette œuvre est formulée la théorie du synchronisme, qui s’opposera aux visions traditionalistes. Autrement dit, sa théorie est empruntée à l’Occident et elle suppose que ces sociétés qui n’ont pas eu une culture développée s’approprient des idées qui réjouissent de conditions culturelles favorables.

L’imitation se produit à partir des  niveaux supérieurs des classes sociales jusqu’à ceux qui sont subordonnés, et ces actions partent des états développés vers ceux moins développés. Dans le cadre d’une société peu développée, le processus commence par l’emprunt des éléments liés à la civilisation, puis à la culture.

La théorie d’Eugen Lovinescu s’oppose aux idées promues par la société culturelle et littéraire « Junimea »

Le promoteur du modernisme dans l’entre-deux-guerres considère les activités des adhérents à Junimea comme rigides, et elles ne permettraient pas la modernisation de la culture roumaine. Le critique littéraire considère  « l’esprit de l’époque » comme un ensemble des facteurs matériaux et moraux caractéristiques d’un peuple dans une période historique. Ces facteurs sont regroupés en éléments liés aux aspects économiques, politiques, culturels, sociaux et spirituels. 

Les processus de synchronisation ont comme effet l’uniformisation des composantes liées à l’environnement économique, culturel et politique.

Dans le cas de cette théorie, les inégalités entre les états seraient réduites, et ceux les moins développés pourraient être intégrés dans l’ensemble des sociétés européennes. Les emprunts de la société occidentale auraient eu premièrement un rôle de simulation, en acquérant plus tard un autre sens, celui de stimuler les actions matérielles et sociales.

Eugen Lovinescu identifie deux points de vue contradictoires dans la culture roumaine :

1. Les forces révolutionnaires.

Le premier point appartient aux «forces révolutionnaires », caractérisées par la contribution qu’elles ont eue dans l’adoption des éléments de la civilisation occidentale dans le contexte roumain. Cette action a comme caractéristique la modernisation et peut être illustrée par le souvenir de la période pasoptiste et des mouvements qui ont promu les principes démocratiques. Les représentants des orientations mentionnées consideraient qu’une stratégie de type révolutionnaire transformerait la société roumaine et la conduirait vers la modernité.

2. Les forces réactionnaires

A l’opposition, il y a des « forces réactionnaires », celles qui ont découragé l’utilisation des « formes sans fond » dans la culture roumaine. Leurs conceptions se fondaient sur le progrès organique, étroitement lié aux problèmes sociaux, culturels et économiques. Les représentants de ces principes soutenaient  que le peuple roumain perdrait son identité nationale à cause de telles pratiques. Parmi les partisans de ces idées, il y avaient Mihail Kogălniceanu, Mihai Eminescu, Titu Maiorescu et Ion Luca Caragiale

Le développement  « organiciste »
Le développement «organiciste » supposait l’évolution de la société roumaine à partir des idées, des mentalités et des valeurs d’un peuple vers la construction des quelques bâtiments imposants. De l’autre côté, Eugen Lovinescu dit que l’environnement culturel et social est peu développé et que le progrès peut se réaliser à partir des formes de civilisation moderne vers le fond.

Dans la vision  du critique littéraire prédomine l’importance des éléments européens sur les components nationaux.

Dans l’œuvre «Histoire de la littérature roumaine contemporaine », Eugen Lovinescu développe les idées concernant «les mutations des valeurs esthétiques ». Celui-ci soutient qu’un texte doit être critiqué pour son contenu, et non pour les opinions concernant le social, les principes moraux présentés dans le cadre de l’œuvre. Par ce concept, il voulait moderniser  la littérature, une action qu’il a promue avec l’aide du cénacle et de la revue «Sburătorul ».

En même temps, il y a un autre mouvement culturel qui se manifeste, à savoir le traditionalisme, qui critiquera durement les actions et les idées promues par Eugen Lovinescu. Les personnalités qui n’ont pas été d’accord avec ses principes sont : Garabet Ibrăileanu et Nichifor Crainic, le dernier d’entre eux publiera en 1926 un texte intitulé « La seconde indépendance », comme réaction aux idées mentionnées par le promoteur du modernisme.

Un exemple illustratif pour cette opposition est la citation suivante:

 Cette plasticité extraordinaire attribuée au peuple roumain, sert à M. Lovinescu  pour fonder sur sa mollesse de cire une loi destinée à éclairer le secret entier de notre civilisation : la loi de l’imitation. 

 L’auteur considère la «loi de l’imitation » inadaptée aux problèmes roumains. Celle-ci critique le concept de plasticité, en soutenant qu’un peuple qui a comme fondement un tel principe, n’a pas d’identité nationale. 

 En conclusion, la direction promue par Eugen Lovinescu apporte la nouveauté dans la culture roumaine par la reprise des éléments manquants de la société. Bien que cette initiative soit critiquée parce qu’elle consiste uniquement dans l’emprunt des formes de l’environnement occidental sans aucun fondement de valeurs, l’entre-deux-guerres assure le cadre nécessaire du développement du peuple roumain de point de vue culturel et littéraire.

A lire aussi: Le symbolisme et son manifeste (1886) – une brève introduction

Vous pouvez lire cette article en roumain ici.

Souces:

 398 total views,  2 views today

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.