British Museum – 3 des plus importants artefacts volés

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
british museum, museum, london-5200534.jpg
pixabay.com

Traduction : Eliza Gagu

Révisé par Alexandra Crăcană

Le British Museum (« Musée britannique ») est l’un des musées les plus anciens et les plus importants au monde, ayant des expositions du monde entier, des momies égyptiennes aux artefacts africains. Mais, en réalité, quelle est l’origine de ces collections et comment sont-elles arrivées dans la garde du musée ?

 

Brève histoire du British Museum

Le musée a été fondé en 1753 et, à l’époque, il a représenté une nouveauté parce qu’il était le premier musée national public au monde, avec entrée libre pour « toutes les personnes studieuses et curieuses » Sir Hans Sloane, naturophate et collectionneur, possédait une collection impressionnante de 71.000 objets qui nécessitaient une attention particulière et un lieu sécurisé pour les déposer, même après sa mort. 

Ainsi, il a laissé un héritage considérable au roi Georges II en échange d’un montant  de 20.000 livres sterling. Le roi a accepté l’héritage, et le 7 juin 1753 la fondation du British Museum est consacrée par un Acte du Parlement Britannique, ouvert   au public  le 15 janvier 1759.

Les principales galeries thématiques du British Museum

  • L’Afrique
  • L’Asie
  • L’Amérique
  • L’Égypte Antique
  • La Rome et la Grèce antique
  • L’Europe
  • La collection des horloges
  • Le Moyen-Orient

Le sujet de la dispute entre le British Museum et les pays qui veulent récupérer  leurs artefacts 

La carte du musée comprend une liste de 12 expositions d’une importance historique et culturelle incommensurable que vous ne devriez pas rater lorsque vous arrivez au British Museum. Malheureusement, plus de la moitié d’entre eux font l’objet de litiges entre pays concernant la garde à vue.

Les origines du problème remontent à l’époque de l’Empire Britannique, qui était autrefois le plus grand du monde, colonisant sous son aile près d’un quart du territoire et de la population de la planète entière.

La relation entre le colonisateur et le colonisé repose sur un échange, une balance dont l’équilibre ne peut pas être trouvé. L’Empire Britannique a modernisé les pays colonisés, mais en a profité et les a exploités.

Culturellement, l’Empire Britannique a confisqué les artefacts trouvés et les a apportés en Angleterre, la plupart d’entre eux même au British Museum.

Les artefacts sont exposés chez nous pour que tout le monde puisse les voir. – affirme British Museum

Mais, tenant compte du fait que ceux-ci proviennent de tous les coins du monde, les pays où ils ont été découverts au début veulent les ramener dans leur pays d’origine. Il est vrai que pas tous les artefacts du musée sont obtenus de manière controversée, ils sont soit achetés, soit découverts, mais maintenant on va se concentrer sur l’histoire des artefacts qui n’appartiennent pas légitimement au British Museum.

1. Les Bronzes du Bénin, Nigeria

Parmi les artefacts les plus contestés de tout le musée on trouve les Bronzes du Bénin, un groupe composé de plus d’un millier de plaques et de sculptures en métal, d’une énorme valeur culturelle dans l’histoire du Nigeria.

Lors d’une expédition de 1897, les britanniques ont pillé une série de bas-reliefs et de sculptures du palais du Royaume du Bénin (situé dans le sud du Nigeria actuel). Une partie de la « proie » a été envoyée au British Museum et l’autre a été vendue.

La famille royale de Bénin a fait une demande en mars 2000 au British Museum, exprimant le désir  que tous les artefacts obtenus illégalement en 1897 soient retournés, mais le musée a ignoré cette demande. L’Acte de 1963, qui comprend un ensemble de règles dont le musée se guide, empêche le retour des objets.

En juin 2020, le British Museum affirmait pour Vox :

We don’t restitute but we are absolutely committed to lending as widely as possible, including to Nigeria. The museum’s foundational value resides in its breadth, scale, complexity, and unity and as such is a true library of the world. 

Nous ne retournons pas, mais nous sommes absolument dédiés à l’emprunt le plus loin possible, y compris au Nigeria. La valeur fondamentale du musée réside dans son ampleur, sa complexité et son unité et, par conséquent, il est une véritable bibliothèque du monde. 

2. Pierre de Rosette, Égypte

Datant de 196 avant JC, la Pierre de Rosette est une stèle égyptienne. Sculptée dans la granodiorite, elle est écrite en trois alphabets différents et contient des hiéroglyphes démotiques, grecs et égyptiens.

Sa découverte n’a eu lieu qu’en 1799. Les soldats français qui ont fait l’incroyable découverte ont envoyé la pierre en Angleterre afin d’être déchiffrée, mais elle n’a pas été renvoyée. La pierre est restée au British Museum depuis 1802. L’Égypte a demandé à plusieurs reprises au Royaume-Uni de rendre la pierre, mais en vain. Bien sûr, cela a créé des tensions entre les deux pays.

3. Les marbres du Parthénon, Grèce

Sous prétexte de l’occupation ottomane de la région et poussé par la fascination pour le Parthénon de la Grèce, le noble britannique Thomas Bruce a enlevé des fresques et des sculptures en marbre du temple dédié à la déesse Athéna Parthénos. Les pièces enlevées ont été envoyées en Grande-Bretagne pour y être étudiées.

Depuis 1817, elles peuvent être vues au British Museum. Dès 1980, la Grèce a demandé le retour des artefacts, mais ces demandes ont été refusées à cause de la route qui pourrait endommager les sculptures.

Grâce aux artefacts et collections des musées d’histoire, nous pouvons mieux observer comment les gens vivaient autrefois et nous pouvons comprendre l’histoire, ses étapes, les causes des événements qui ont changé le destin de l’humanité et aussi la direction dans laquelle nous nous dirigeons.

Pourquoi les pays veulent-ils tant récupérer leurs artefacts ? Précisément pour cette raison, afin que le peuple puisse connaître et comprendre son histoire.

L’histoire est le témoin des temps, la lumière de la vérité, la vie de la mémoire, l’institutrice de la vie, la messagère de l’antiquité. – Cicéron 

Si vous vous intéressez à l’histoire de l’Angleterre, nous vous invitons à lire aussi cet article.

Vous pouvez également lire cet article en roumain.

Sources :

 598 total views,  3 views today

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *