Mexique – 5 traditions que vous ne connaissiez pas

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
mexique, tradiciones de México, tradițiile din Mexic
Pixabay.com

Traduit par : Andreea Stănescu

Dans cet article nous allons vous présenter 5 traditions du Mexique que vous ne connaissiez pas en profondeur. Le Mexique a été et reste bien sûr l’un des pays les plus passionnés (avec « sangre caliente ») d’origine latine, avec une culture diversifiée et connue pour son esprit conservateur concernant les traditions.

La culture indigène, la gastronomie riche de nombreux plats savoureux qui, associés à une tequila de qualité, soulagent les chagrins de cœur, la musique des célèbres mariachis, qui font danser même ceux qui ont deux pieds gauches, ne sont que certains aspects qui complètent le profil de ce merveilleux pays, esquissé dans notre esprit lorsque nous entendons son nom.

1. Le « Jour des morts », l’une des traditions spirituelles du Mexique 

Si on parle de traditions mexicaines, la première chose qui nous vient à l’esprit est la fête la plus célèbre au monde, le « Jour des morts », qui est aujourd’hui utilisée comme source d’inspiration pour les fêtes d’Halloween. Tout d’abord, il convient de mentionner qu’elle est célébrée chaque année le 1 et le 2 novembre. Bien que beaucoup des gens diraient qu’il ne s’agit que d’une simple commémoration d’êtres chers qui sont passés dans un monde meilleur, les racines de cette fête sont bien plus profondes.

Le « Jour des morts » trouve son origine il y a 3000 ans, dans les croyances du monde aztèque, qui disaient que la destination d’une personne décédée n’est pas déterminée par ce qu’elle avait fait au cours de sa vie, mais par la façon dont elle était morte. Par conséquent, les Aztèques croyaient qu’il y avait une destination différente pour chaque âme, et pour y arriver, les vivants devaient l’accompagner dans son voyage à travers un rituel.

Par exemple, les personnes qui mouraient par noyade devaient se rendre à Tlalocan, le paradis du dieu de la pluie, et ceux qui mouraient au combat allaient à Omeyocan, considéré comme le paradis du soleil, et les enfants à Chichihuacuauhco.

Un fait très intéressant à propos de cette fête est que sa date coïncide avec le passage des papillons monarques au Mexique, car leurs ancêtres croyaient qu’ils portaient les âmes dans leur voyage vers le royaume des vivants. Aujourd’hui, après de nombreuses années d’existence de cette tradition, l’atmosphère a beaucoup changé, surtout après la conquête espagnole, célébrée par la construction d’autels, la préparation des gâteaux appelés calaveras de azúcar (« crânes en sucre ») et pan de muerto (« pain des morts »), un dessert typique de cet événement.

2. « Quinceañera », l’une des traditions culturelles du Mexique

Passant à une autre fête, cette fois dédiée à la vie, faisant une antithèse à l’événement présenté ci-dessus, la « Quinceañera » est l’une des traditions bien conservées de la société. Vous avez sûrement vu au moins une fois dans un film ou une série mexicaine cette fête spécifique à l’âge de 15 ans, qui est une étape très importante dans la vie de toute jeune fille. Cette fête marque le passage de la jeune fille à l’âge adulte, étant animée, avec de la musique, de la danse et de la nourriture traditionnelle, entre autres.

Même si chaque « Quinceañera » est unique et peut être organisée différemment par chaque famille, un aspect emblématique qui ne manque jamais est l’aspect exagéré de la coiffure, de la manucure, du maquillage et de la tenue élégante représentée par une robe de soirée. L’exagération veut sans doute illustrer la transformation de la jeune fille en femme, dans toute la puissance du mot.

Un autre aspect incontournable de la célébration d’une « Quinceañera » est le fait que la jeune fille fêtée est photographiée dans ses nouveaux vêtements devant le monument Ángel de la Independencia, ce qui a certainement contribué à l’organisation de cet événement, lui donnant une empreinte particulière parmi d’autres traditions familiales mexicaines.

 

La « Journée des Saints Innocents », l’une des traditions culturelles et religieuses du Mexique

Une autre tradition mexicaine typique est la « Journée des Saints Innocents », qui a une dimension religieuse et trouve son origine il y a deux mille ans, lorsque le roi Hérode apprit que le Messie était né, et ordonna de tuer tous les nouveau-nés de Bethléem. Bien que Jésus ait été sauvé de la mort grâce à un ange qui a annoncé la venue de la Vierge Marie et de Joseph, de nombreux enfants innocents sont morts. C’est pourquoi l’Église catholique a fixé le 28 décembre comme jour pour les commémorer.

Au fil du temps, la tradition s’est éloignée de la sphère religieuse et s’est transformée en ce que les Mexicains ont aujourd’hui, à savoir un jour où des blagues drôles ou très mauvaises sont faites. Même les médias, comme les journaux et les stations de radio, jouent avec le public en diffusant des fausses nouvelles. Certains historiens pensent que cette « contamination » de la « Journée des Saints Innocents » est due à l’influence de « la fête des fous ».

Elle existait au Moyen Âge en Europe et était célébrée entre le 24 et le 31 décembre et consistait en un jeu de farces et d’excès. En raison de cette contamination, les Mexicains peuvent se vanter d’une tradition particulière, qui provient du mélange de deux traditions différentes.

4. Le « Cri d’Indépendance », l’une des traditions politiques du Mexique

Parmi les traditions mexicaines liées à la sphère politique et sociale est le « Cri d’Indépendance ». C’est une fête liée à la lutte pour l’indépendance du Mexique. Il s’agit d’un rassemblement de milliers de Mexicains dans la nuit du 15 septembre sur la place de la Constitution (Zócalo) pour commémorer la séparation de l’Espagne.

C’est déjà une coutume emblématique que le président soit présent, initiant la célébration avec le fameux cri « Vive le Mexique ! et sonner la cloche.

Il est bien connu que l’origine de ce cri se trouve dans un épisode historique du pays. À savoir le 16 septembre 1810, lorsque le prêtre Miguel Hidalgo, qui a été acclamé, incita le peuple de Dolores Hidalgo à se révolter contre la vice-royauté espagnole, En 1896, le président Porfirio Díaz a ordonné le déplacement de la cloche de Dolores Hidalgo au Palais National de la capitale de México, cloche utilisée par Hidalgo pour convoquer le peuple avec le but du mouvement d’indépendance.

 

5. Le Carnaval de Veracruz, l’une des traditions culturelles du Mexique

Il faut aussi parler des traditions les plus animées et les plus spectaculaires de ce pays. Et comme représentant de la vivacité et de l’esprit de fête des Mexicains, le Carnaval de Veracruz mérite d’être mentionné. Considéré comme « le plus animé du monde », il a lieu chaque année dans la charmante ville de Veracruz, entre le 10 et le 16 février.

Cette fête date de 1866, lorsque le Mexique était encore gouverné par Maximilien. Les citoyens de Veracruz ont demandé aux autorités l’autorisation d’organiser la « fête des masques ». Une fois l’autorisation accordée, le célèbre carnaval est né et les acrobates ont envahi les rues.

L’un des aspects les plus récents qui caractérise cette fête est le choix de la reine du carnaval. C’est un titre pour lequel  beaucoup de filles concourent, car il implique l’honneur d’être la tête d’affiche du festival le plus important de l’État.

Si vous n’étiez pas encore convaincu que le Mexique est un pays qui mérite de figurer en haut de votre liste d’endroits à visiter au moins une fois dans votre vie, maintenant vous n’avez aucun doute. 

Lisez aussi sur: 

Sources: 

 332 total views,  3 views today

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.